La Zoom fatigue, on n’en veut pas !

Avec les cours à distance, l’usage de la webcam par les étudiants a fait couler beaucoup d’encre ces derniers temps. Des enseignants font part de leur détresse lorsqu’ils se retrouvent devant une galerie de vignettes sans visage ; difficile en effet de ressentir le feedback pourtant nécessaire à un enseignement de qualité. Il faut dire que la « zoom fatigue » est une réalité à laquelle sont confrontés les étudiants, comme l’explique un article de l’université Stanford.

A l’école LDLC, nous avons mis en place un « Contrat d’engagement pour une école à distance réussie » où il est écrit :

« … la mise en marche de la webcam des participants peut s’avérer utile, voire indispensable. C’est en effet le meilleur moyen d’incarner les participants. L’image permet aussi de transmettre une partie des éléments de communication non verbale, dont on connaît l’importance. Toutefois, l’usage de la webcam n’a rien de systématique, et peut même s’avérer contre-productif dans certaines phases de travail. Il s’agit donc d’un usage à géométrie variable, qui doit être adapté à chaque situation, et selon les exigences de l’intervenant(e) qui anime la séance. »

Par ailleurs, le Web relate quelques anecdotes amusantes à propos des webcams en visioconférence, comme celle de l’avocat coincé avec un filtre Zoom lors d’une audience. Cette histoire nous a donné l’idée d’organiser un concours de filtres « Webcam Hacking contest ». Le concours s’est tenu le 17 Mars, en voici les résultats:

Encore bravo et merci à tous les participants !

La Zoom fatigue, on n’en veut pas !